Menu

Gaurs et tigres en sursis dans la jungle

  • Gaur
    Gaur
  • Bébé tigre
    Bébé tigre

Ces deux-là ne se rencontrent plus dans la jungle. La population des gaurs, l’une des dernières espèces de bovidés sauvages décline dangereusement.

L’Inde abrite 90% des derniers gaurs sauvages dans ses réserves protégées des états du Madhya Pradesh, de l’Orissa, du Karnataka, du Tamil Nadu et du Kérala. 20 000 de ces ‘’bisons indiens’’ vivent dispersés et isolés les uns des autres dans des régions très délimitées. La chasse et les épidémies qui frappent le bétail ont eu raison du plus grand bœuf sauvage. Le gaur sauvage peut peser une tonne et mesure jusqu’à 2 mètres au garrot. Grand, puissant, et rapide, le tigre reste le seul à pouvoir le défier dans la jungle. Ces deux- là se reposent aux heures chaudes de la journée et se retrouvent en fin d’après- midi devant l’hypothèse d’un duel arbitré par la loi de la survie.

Le gaur et le tigre portent la même histoire partout dans le monde, celle d’une irrémédiable extinction. Tigre du Bengale, d’Indochine, de Sumatra, de Sibérie et de Chine sont gravement menacés de disparition après le tigre de la Caspienne (disparu en 1970), de Java (1980) et de Bali (1940). Bisons d’Amérique, d’Europe, d’Afrique ou bien d’Inde… le sort de ces bovidés sauvages paraît également scellé sous la pression humaine. Le tigre ne fait jamais de compromis ; il se réfugie dans les replis cachés de la jungle. Le gaur a été domestiqué par l’homme ; son frère de sang, le Gayal est croisé avec des boeufs domestiques. L’homme l’emploie comme bête de somme ou pour produire de la viande. Ce compromis n’a pas empêché la grande vulnérabilité du gaur sauvage.
Lorsque le gaur et son prédateur sont ensemble menacés d’extinction, lorsque les ennemis d’hier souffrent les uns à côté des autres cela signifie qu’il n’existe plus qu’une terre désolée, meurtrie et aride de toute espérance. Nous souhaitons apporter notre soutien à l’ensemble des projets destinés à protéger l’habitat naturel de ces dernières espèces sauvages d’Inde et à lutter contre le braconnage, notamment des tigres.

En 2014, il reste moins de 3200 tigres dans le monde. Braconnage, perte de l’habitat naturel, perte des proies sont les trois raisons majeures du déclin. Il n’y a plus aucun tigre en liberté totale, en dehors des parcs réservés à leur protection.

3200 Tigres, doublons sa population d’ici 2022.

http://3200tigres.wwf.fr/?gclid=CPuk6JaqjsACFbPJtAodeCAA9Q

One Response

  1. Leopold dit :

    une bonne approche de la disparition des especes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *